Tibila

Ses origines

Dans la tradition moaga, il n’est pas question que le prince chante. Cette assertion trouve sa quintessence dans l’essence des légendes et contes.

Né d’une famille royale  et donc  garant des  traditions,  il se devait d’ôter de son esprit toute idée de chanter. Mais malheureusement  la musique est un art  du cœur et  non de l’esprit. Comme bon nombre de ses camarades, KABORE Tibila à l’état civil alias Tibila a connu une enfance bercée par les rythmes du tam- tam et les éloges aux quels avait droit son défunt père roi d’Andètenga. Localité située à une quinzaine de kilomètres de Koupèla, chef-lieu de la province du Kouritenga à environ 140 km de la capitale Ouagadougou, précisément dans le Centre – Est. Le destin a voulu qu’il soit le cousin de Floby avec qui une partie de leur enfance a été influencé  par des chants et des contes. Outre passant les interdits, Tibila va jusqu’à former un groupe d’enfance avec Floby puis se retrouvent tous deux, dans la capitale  Ouagadougou.

Son nom

TIBILA : signifie en langue nationale mooré, arbuste.

Et comme l’arbuste est appelé à grandir, Tibila  voudrait à l’esprit de cet arbuste grandir, s’épanouir et apporter un plus à l’épanouissement de l’homme par la musique, étendre la joie, l’amitié la paix avec le monde entier.

Parcours

L’école de Floby

Venu rejoindre Floby  le grand frère et cousin à Ouagadougou en 2004 qui y séjournait depuis déjà quelques années, Tibila n’aura pas de difficultés à s’intégrer dans son quotidien fait de rêves et de promesses. En 2006 sortira le premier album de son aîné ouvrant donc la voie à tous les espoirs. Le quotidien connaît  certes une amélioration mais ne saurait combler toutes les envies. Faire la musique était la principale motivation pour ce jeune garçon au teint couleur d’ébène,  très réservé et respectueux. Tibila optera  cependant pour la discrétion au près de son aîné pour mieux apprendre les rudiments. Dans l’ombre de celui qu’il considère comme son idole, Tibila ne cesse d’écrire et de réécrire des chansons.  Et dans l’attente de son heure, Tibila va faire partie de l’équipe de  Floby comme un simple figurant lors de ses déplacements à l’interne. Occasion pour lui d’apprendre comment aborder une scène et le public. C’est fort de cette expérience enrichie par sa  volonté d’entreprendre que Tibila est parvenu à sortir de l’ombre. Sa rencontre avec Appolinaire Lofo, promoteur du label Buudu Productions va être déterminante pour la suite de sa carrière. L’alchimie entre ces deux princes du Kourittenga, va aboutir à la réalisation du premier album de six (06) titres après 12 ans de galère.

Sa musique

Résolument ancrée dans le tradi-moderne, la musique de Tibila se veut être un rempart contre une  identité  musicale formatée et prise dans le tourbillon de la mondialisation. Tibila nous convie dans son univers musical métissé avec une alliance parfaite des rythmes du terroir moaga enrichie d’influence à tendance urbaine enregistré à 90% en semi live.

L’Afrique, la femme et l’amour sont les principaux thèmes abordés dans cet album qui se veut, le premier  de la carrière de Tibila  chanté en mooré, dioula, fulfuldé et en français.

Les titres

1-            Africa : chanté en mooré et Dioula, l’artiste peint avec des mots imagés, les maux dont souffrent les africains dus aux multiples crises que traverse le continent.  

2-            Wend Bonsgo : Partage la peine de certaines filles/femmes liée au manque de foyer et la douleur dont d’autres éprouvent à ne pas pouvoir enfanter.

3-            Dunia : Evoque la situation des veuves et des orphelins. Dans une vie où c’est le chacun pour soit, il n’y’a que le Bon Dieu pour essuyer les larmes de la veuve et de l’orphelin.

4-            Burkina faso : Le récit d’une histoire d’amour qui prend forme hors de la mère patrie, mais qui invite l’autre moitié à venir découvrir le pays des hommes intègres, de la paix et de l’amour.

5-            Léguéré feat Dynamic Duo : Afro beats dans laquelle l’artiste magnifie la démarche et le déhanchement d’une demoiselle, objet de toutes les convoitises.

6-            Tembo na lenbo : Dénonce les calculs et les intérêts en amour. L’amour, le vrai se meurt au profit du matériel.

Les scènes

22 decembre dédicace à l'institu burkinabè :Prestation live

Prestation live à la finale concours de chant "faites de la musique"

Prestation live aux FAMA 2017 le 31 mars au CENASA .

Prestation festival Afro Beat à Ouaga

Nominations:

Nominé dans la catégorie FAMA du meilleur espoir de l'année 2017

Contacts scène : (0026) 70 60 48 38 / 76 68 80 02

Mail :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Artistes similaires

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...