Elections de 2020: Le Premier ministre va lancer la révision des listes électorales au niveau national à Dédougou

Ouagadougou, le 09 février 2020) La Commission électorale nationale indépendante (CENI) continue de dérouler son chronogramme devant aboutir aux élections présidentielle et législatives de 2020. Après l’enrôlement des Burkinabè de la diaspora du 04 au 26 janvier dernier, la CENI entame l’opération de révision des listes électorales au plan national. La cérémonie officielle de lancement de cette opération de révision des listes électorales à l’intérieur du pays, aura lieu ce lundi 10 février 2020 à Dédougou, dans la région de la Boucle du Mouhoun. Cette cérémonie est placée sous la présidence du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.
La révision des listes électorales est une opération de mise à jour du fichier électoral. C’est l’occasion de permettre à tout citoyen burkinabè qui remplit les conditions légales pour être électeur et qui, pour une raison ou une autre, ne figure pas dans le fichier, de se faire inscrire s’il le souhaite. Il pourra ainsi bénéficier d’une carte d’électeur et jouir de son droit de vote le jour des élections. Cette opération de révision commence ce lundi 10 février et va s’étendre sur l’ensemble du territoire, suivant un programme établi par la CENI.
En rappel, le conseil des ministres en sa séance de mercredi 05 février, avait retenu la date du 22 novembre 2020, pour la tenue des élections présidentielle et législatives.
DCRP/Primature

Championnat national: un nouvel opus de la rivalité entre l’EFO et l’ASFA ce dimanche au stade du 4 aout

L’EFO et l’ASFA-Yennenga s’affrontent dimanche à 15h30 au stade du 4 aout de Ouagadougou. Un match comptant pour la 21e journée du championnat national, mais qui même sans réel enjeux, se suffirait à lui-même au vu du passé entre stellistes et asfasiens.

Cette rencontre sera forcément très particulière pour Boureima Kaboré, ancien coach de l’EFO et actuellement à la tête de l’ASFA-Y.

Burkina Faso Éducation, formation et promotion de l’emploi: un statut particulier adopté (Conseil des ministres)

Le gouvernement a adopté mercredi un décret qui confère au métier éducation, formation et promotion de l’emploi, un statut particulier. L’annonce a été faite par le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou à l’issue du conseil des ministres. « Au titre du ministère de la Fonction publique du travail et de la protection sociale adopté un décret portant statut particulier du métier éducation, formation et promotion de l’emploi », a-t-il indiqué.

Selon les recoupements de radio Oméga, ce statut particulier n'implique pas directement d'incidence financière. Au niveau des enseignants, les principaux changements apportés par le statut particulier sont:
1. La possibilité d'arriver en catégorie A par examen et non concours donc plus rapidement notamment pour le personnel du primaire,
2. La création de passerelles pour les différents emplois,
3. Le relèvement et l'uniformisation du niveau de recrutement pour le primaire et le préscolaire, le diplôme requis désormais étant le Bac ce qui entrainera la disparition des niveaux C dans l'éducation nationale.

L’adoption de ce décret entre dans le cadre de l’application du protocole d’accord signé avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation. «C’est un des engagements pris dans le cadre des discussions avec les syndicats », a précisé Remis Dandjinou. Ces discussions ont abouti à la signature d'un accord avec la Coordination nationale des syndicats de l'éducation (CNSE), le 28 janvier 2018.

"Par ailleurs le comité chargé d’apurer la dette sociale du MENAPLN va se mettre en place à partir de ce mois de février pour accélérer le traitement des dossiers en souffrances en ce qui concerne la bonification d’échelon, les indemnités spécifiques et de logements, les avancements de 2018, la titularisation et l’intégration des agents" a précisé le ministre de l'Education nationale, Pr Stanislas Ouaro, sur sa page Facebook.