Burkina: Militaires : Les départs volontaires suspendus jusqu’à nouvel ordre (Chef d’état-major général des armées)

Dans une note de service publiée le 20 novembre, le Chef d’état-major général des armées Moïse Miningou indique que « le traitement des demandes de disponibilité, de résiliation de contrat et des radiations des cadres des Forces Armées Nationales(FAN) pour convenance personnelle est suspendu jusqu’à nouvel ordre »

Le Chef d’état-major général des armées ne précise pas les raisons qui ont poussé à rédiger un tel avis. Et on ne sait pas non plus si les demandes de départ sont devenues plus élevées dans ce contexte de lutte contre le terrorisme au sein des forces armées. Moïse Miningou explique néanmoins que « l’engagement des Forces Armées Nationales(FAN) à relever le défi de sécurisation des populations locales et de défense de l’intégrité du territoire national passe par la disponibilité opérationnelle de ses ressources humaines ».

Cette note intervient quelques mois après une mise en garde du chef d’état-major général des armées à l’endroit des militaires déployés dans les zones de combat. « En application des lois et règlements militaires en vigueur au Burkina Faso, tout militaire des Forces armées nationales, engagé dans une mission opérationnelle, coupable d’abandon de son poste de combat en présence de l’ennemi, sera radié automatiquement des effectifs », avait prévenu le chef d’état-major général des armées dans une note publiée le 4 février 2019. Une autre note signée le même jour du général de brigade Miningou indique également la suspension jusqu’à nouvel ordre des déploiements des officiers des Forces armées nationales en qualité d’observateurs militaires et officiers d’état-major au sein des différentes Opérations de soutien à la paix (OSP)